Pour une agriculture française durable sur les marchés européen et mondial

Sur le terrain de la circonscription, j’ai reçu ce jeudi 20 avril le député européen PS Eric Andrieu, premier vice-président de la commission de l’agriculture et du développement rural.

Nous avons été accueillis à Saint-Gilles par Diane de Puymorin et Mathieu Chatain, propriétaires du prestigieux Château d’Or et de Gueules. Nous ont rejoints Thierry Meynier de Salinelles, le président de la coopérative des arboriculteurs Conserve-Gard, associée à l’entreprise de transformation Saint-Mamet ; Frédéric Meiffre, viticulteur et arboriculteur, Delphine Fernandez et Lionel Puech, respectivement secrétaire générale et président des jeunes agriculteurs du Gard et David Sève, secrétaire général de la FDSEA. Autant dire que la discussion a été animée car les interlocuteurs avaient beaucoup à dire : Bio-équivalence européenne dénoncée par Thierry Meynier de Salinelles, simplification des normes par Mathieu Chatain, par ailleurs président des vignerons indépendants, paiement des aides PAC par les JA et difficultés d’installation, concurrence déloyale des vins d’origine européenne notamment par défaut d’une législation, etc.

Eric Andrieu a expliqué que l’Europe était là pour les protéger et les accompagner même si elle est loin d’être parfaite. Sur la simplification des procédures, ils ont raison. Mais c’est souvent le niveau national qui complexifie. Aussi, le rôle du député national est essentiel pour éviter cette complexité qui nuit à la compétitivité des entreprises agricoles nationales face aux Espagnols ou aux Italiens.

Les commentaires sont fermés.