L’élevage camarguais au menu

Nous nous sommes ensuite rendus à Montcalm, à la manade Saint Louis, où nous attendaient autour de Laurence et Jean-Claude Groul, les manadiers Henri Laurent, Jacques Blatière et Georges Rouquette, des références en matière d’élevage, ainsi que Thierry Trazic, président de l’association des éleveurs de chevaux Camargue. Dans le cadre enchanteur du mas de la Paix, sous un soleil déclinant, Eric Andrieu est tombé sous le charme de ses interlocuteurs qui lui ont parlé de leur passion. Oui, le taureau de Camargue est élevé uniquement pour un seul but : la course camarguaise. Et le cheval est indissociable du taureau. Protecteurs de la biodiversité, naturellement bio, le taureau et le cheval de Camargue sont des races anciennes, sauvages, à protéger absolument. Nous avons bien sûr abordé le sujet du classement de la bouvine au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Élue députée, je serai l’infatigable avocate de cette singularité de notre terre taurine. Et Eric Andrieu s’en fera l’interprète au niveau européen. Il a insisté sur la nécessité d’être unis pour parler d’une voix forte dans une Europe à 27 désormais.

Pour finir une journée bien remplie, nous avons rejoint des militants et sympathisants pour un apéro-citoyen autour de bons vins et de bonnes tapas locales en discutant des propositions de Benoît Hamon sur les sujets agricoles. Eric Andrieu est responsable du programme agricole du candidat à l’élection présidentielle.

Les commentaires sont fermés.